FamousWhy
CAN
Famous People Famous Regions Famous Articles Famous Software FamousWhy Web Services Famous Forum Submit Content
|
create pool

Famous Regions

 

Ask a Question about Akkad, etat et dynastie de la basse Mesopotamie

Akkad, etat et dynastie de... Directory
Submit your website/blog for free
Make it famous!

Famous Tags


région   canada   etat   capitale   ile   ville   asie   atlantique   cote   europe   ocean indien   afrique   pacifique   grand   riviere   port   afrique occidentale   archipel   ottawa   economique   jeux olimpiques   grande ville   amerique du nord   petite   mexico   océanie   saint-laurent   winnipeg   manitoba  

All Tags

Famous Forum

 

Akkad, etat et dynastie de la basse Mesopotamie

 Q:   Ask a Question about Akkad, etat et dynastie de la basse Mesopotamie       
Akkad, etat et dynastie de la basse Mesopotamie HISTOIRE

D'abord limité à une ville, le royaume d'Akkad s'étendit à toute la basse Mésopotamie lorsque son fondateur, Sargon, vainquit le roi d'Ourouk (en Sumer), qui dominait une bonne partie du Pays des deux fleuves, C'est sans doute cette victoire qui permit à l'Akkadien de ruiner la prédominance exercée par le roi d'Ebla (en Syrie du Nord) sur une partie de la Mésopotamie.

Le royaume d'Akkad, qui prit alors les dimensions et le caractère d'un empire, constituait une innovation politique et culturelle dans la basse Mésopotamie.

Jusque-là, chacune des cités de ce pays était dominée par une élite dont les membres parlaient soit le sumérien, soit le sémitique oriental, mais adhéraient tous à la culture d'expression sumérienne. Avec Sargon, ce fut le triomphe du nord de la basse Mésopotamie (qui prit alors le nom d'Akkad), où il n'y avait qu'une seule cité célèbre Kish, elle-même en déclin -, et où, si la culture sumérienne n'était pas inconnue, la très grande majorité parlait le sémitique oriental (que l'on appela bientôt l'akkadien).

Sargon ne fut pas le premier roi à imposer sa domination à toute la basse Mésopotamie, mais la noblesse du Sud (lequel garda le nom de Sumer) souffrait d'être supplantée par des guerriers brutaux et sans passé. Aussi l'Akkadien se heurta-t-il, après sa victoire sur le roi d'Ourouk et durant tout son règne, aux révoltes des rois locaux de Sumer. Sargon n'en fit pas moins campagne dans des régions éloignées pour lever le tribut ou développer le commerce (c'est l'époque où les bateaux de Melouhha la vallée de l'indus atteignaient le bas Euphrate). Ces desseins conduisirent l'Akkadien tour à tour dans le Zagros, en haute Mésopotamie, dans la Forêt du cèdre (Amanus) et au Pays de l'argent (Cappadoce).

Mais sa domination se limita finalement à la Mésopotamie, puis à la Susiane, qu'il avait enlevée à l'Élam. Ses deux fils, Rimoush et Manishtousou, durent châtier les cités de Sumer et les peuples du Zagros. Naram-Sin, son petit-fils, réédita les expéditions lointaines de son aïeul et détruisit même le royaume d'Ebla (v. 2200). De tels succès ne furent possibles que par l'organisation du premier empire que l'Asie eût connu. Pour se mettre au-dessus des souverains locaux, le roi d'Akkad finit par se dire dieu. Il disposait d'une armée permanente et d'une noblesse de fonction qui contrôlait ou remplaçait les rois des cités ; des colonies d'Akkadiens étaient installées aux portes des cités suspectes.

Les ressources tirées de cette domination permirent l'essor culturel qui caractérisa l'époque akkadienne. Développant les traditions sumériennes, les scribes et les artistes de la cour d'Akkad surpassèrent leurs prédécesseurs du Sud. Si le sumérien restait la langue de culture, l'akkadien était maintenant employé par l'administration et dans le commerce ; il contribua à répandre la civilisation de la basse Mésopotamie en Élam. Mais l'Empire akkadien était fragile. Le fils de Naram-Sin subit les attaques des Amorrites (Sémites venus de l'ouest) et des peuples du Zagros. Après son assassinat (v. 2160), Akkad fut saccagée et son royaume réduit à une survie obscure (jusque v. 2125). Plus tard, la tradition mésopotamienne fit de l'empire d'Akkad le modèle qui devait hanter les rois d'Assour.

L'art akkadien correspond à la période de la suprématie de la dynastie d'Akkad. Les monuments de cette dynastie éphémère ne furent pas trouvés en Mésopotamie, sauf une tête de cuivre découverte à Ninive. C'est à Suse, capitale de l'Elam, que furent exhumés de nombreux monuments akkadiens, emportés comme butin vers 1200 av. J.-C. par un roi élamite au cours d'un raid exécuté en Babylonie.

La stèle de Naram-Sin du musée du Louvre, qui représente une scène de guerre, l'obélisque de Manishtousou, charte de donations, couvert d'un texte cunéiforme, le cylindre de Shar-kali-sharri et des monuments moins importants en sont les témoins. Ils diffèrent de l'art sumérien par des qualités d'élégance, d'équilibre et de clarté qui furent transmises désormais aux œuvres des époques postérieures : néosumérienne et babylonienne.


Tags: akkad, etat, dynastie, histoire, mesopotamie


Date Added: 24 October '12


Add a link to this page on any related website, blog or forum using this code :