FamousWhy
CAN
Famous People Famous Regions Famous Articles Famous Software FamousWhy Web Services Famous Forum Submit Content
|
create pool

Famous Regions

 

Ask a Question about La ville de Babylone

La ville de Babylone Directory
Submit your website/blog for free
Make it famous!

Famous Tags


région   canada   etat   capitale   ile   ville   asie   atlantique   cote   europe   ocean indien   afrique   pacifique   grand   riviere   port   afrique occidentale   archipel   ottawa   economique   jeux olimpiques   grande ville   amerique du nord   petite   mexico   océanie   saint-laurent   winnipeg   manitoba  

All Tags

Famous Forum

 

La ville de Babylone

 Q:   Ask a Question about La ville de Babylone       
La ville de Babylone Ville de basse Mésopotamie, dont les imposantes ruines, au bord de l'Euphrate, sont à 160 km au Sud-Est de Bagdad.

HIST0IRE

La période amorrite

La fondation de Babylone doit être attribuée aux Akkadiens (2325-2160 av. J.-C). La dynastie amorrite s'y établit v. 1894 av. J.-C. et adopte pour langue officielle le babylonien, variante locale de l'akkadien. Ses cinq premiers rois luttent contre leurs voisins, mais leurs conquêtes, au bout d'un siècle, se limitent à une demi-douzaine de cités secondaires, au nord-ouest du pays d'Akkad.

Cependant, c'est sans doute à cette époque que Babylone devient une grande ville procurant des ressources exceptionnelles à son souverain. Le sixième des Amorrites, Hammourabi (1793-1750 av. J.-C), détruit les autres royaumes du pays de s Deux-Fleuves. L'empire qu'il a constitué ne lui survit guère, mais Babylone est désormais, pour plus d'un millénaire, la capitale d'un vaste territoire correspondant en gros à la Babylonie ou à la Mésopotamie.

Elle n'en garde pas moins un destin propre. Babylone est désormais le premier centre culturel de l'Orient. Ses scribes, suivant l'exemple de leurs voisins de Sumer, rédigent, en sumérien ou en babylonien, des hymnes, des mythes, des épopées et des recueils de magie, de divination, de médecine et de mathématiques, qui vont se répandre à travers toute l'Asie occidentale.

Les grands édifices religieux de Babylone - le temple et la ziggourat de Mardouk (le dieu de la cité) - remonteraient, dans leur première version, à cette époque. La réputation de la grande ville explique le raid audacieux des Hittites, qui la pillent (1595 av. J.-C). Il s'ensuit deux siècles d'obscurité, au terme desquels elle connaît une nouvelle période d'activité littéraire ; après la victoire de Nabuchodonosor Ie'(v. 1115 av. J.-C.) sur l'Élam, Mardouk prend définitivement la première place dans le panthéon babylonien.

La période assyrienne

La religion, la science et la littérature de la cité du bas Euphrate fascinent les Assyriens, qui lui empruntent beaucoup. Mais, du fait de l'invasion araméenne (depuis le XIe s.}, la prédominance politique en Mésopotamie passe de Babylone à Assour. À partir du IXe s. av. J.-C, les rois d'Assyrie alternent les expéditions punitives en Babylonie et les pèlerinages aux villes saintes d'Akkad.

Mais quand, en 728, ces Assyriens se proclament rois de Babylone, ils heurtent l'orgueil national des habitants de la ville. Plusieurs fois révoltée contre ces étrangers, Babylone est saccagée en 689 et 648. Nabopolassar, fondateur d'une dynastie indépendante, dite « cbaldéenne », s'alliera aux Mèdes pour provoquer la ruine de l'Assyrie (chute deNinive,612av.J.-C).

Les périodes chaldéenne et hellénistique

Babylone connaît alors, sous la dynastie chaldéenne (626-539 av. J.-C), sa période de plus grande splendeur. Nabopolassar et son fils, Nabuchodonosor II, restaurent ses monuments et ornent la ville de ces frises de briques émaillées qui représentent les animaux des divinités.

Le royaume est cependant conquis par le Perse Cyrus II le Grand (539 av. J.-C), qui en fait une province de son empire. Or, Babylone est choisie comme résidence d'hiver des souverains achéménides, qui se disent rois de Babylone jusqu'en 476-475. La ville se révolte à nouveau, en 522 et en 482, contre cette domination étrangère.

Alexandre le Grand choisit Babylone comme capitale de l'Asie en 331 av. J.-C. et y meurt en 323. La ville perd toute fonction politique lorsque Séleu-cos Ier fonde à proximité, v. 301 av. J.-C, Séleucie du Tigre, où il transporte une partie de la population de la capitale déchue. Les milieux dirigeants de Babylone s'hellénisent et dotent leur cité d'un théâtre et d'un gymnase. Si le culte de Mardouk est encore célébré au Ier s. apr. j.-C, le cunéiforme est abandonné, et Babylone, dont le déclin s'accentue, n'est plus connue, à la fin de l'Antiquité, que par l'activité religieuse des Juifs de la ville descendants de ceux que Nabuchodonosor II a déportés après la prise de Jérusalem en 587 av. J.-C.

ARCHÉOLOGIE

La ville de Babylone, de plan rectangulaire, était défendue par une première enceinte de 16,5 km, constituée par un mur double ceinturé d'un large fossé d'eau ; un quai fortifié protégeait l'Euphrate. Elle ne put être prise que par traîtrise, « sans combat ni bataille.

Les grandes voies aboutissaient à huit portes principales. Au Nord, la porte dédiée à la déesse Ishtar (déesse de la Fécondité) donnait accès, par une sorte de couloir décoré de lions, à la Voie processionnelle qui menait à l'Esagil, grand temple du dieu Mardouk. Ce temple, qui avait plus de 20 m de hauteur, couvrait un espace de 550 m sur 450. Non loin s'élevait la tour à étages (ziggourat), ou tour de Babel, haute d'environ 90 m. Les dimensions de ces édifices observaient rigoureusement les règles établies d'après les nombres sacrés, et consignées dans la tablette dite « de l'Esagil ».

La porte d'Ishtar donnait aussi accès au quartier des bâtiments officiels. Des appartements royaux du grand palais de Nabuchodonosor, on accédait aux Jardins suspendus. Ce quartier était sillonné de canaux reliés à l'Euphrate et alimentant le fossé d'eau de l'enceinte. Deux grands canaux traversaient la ville, qui possédait 2 boulevards, 24 grandes avenues, 53 temples et 600 chapelles.

De nouveaux quartiers construits sur l'autre rive de l'Euphrate, dont le Lit s'était déplacé, furent reliés à la ville par un pont dont on a retrouvé sept piles. Une tablette cunéiforme du IIIe s. av. J.-C, décrivant la ziggourat et indiquant ses dimensions, les récits d'Hérodote et, enfin, les fouilles entreprises par des Allemands (1899-1917) permettent d'imaginer l'imposante ville de Nabuchodonosor. Le musée de Berlin possède une reconstitution de la porte d'Ishtar, à base de briques émaillées polychromes, originales, où alternent taureaux et griffons, les animaux symboliques des dieux Mardouk et Adad.


Tags: babylone, mesopotamie, euphrate


Date Added: 21 November '12


Add a link to this page on any related website, blog or forum using this code :